Le guide annuaire du tourisme et de l'information des îles de l'Océan Indien
Océan Indien | Mayotte | Actualité | Petites annonces | Voitures d'occasion | Boutique en ligne | Comores | Madagascar | Zanzibar  
   
Recherche dans la base de données Malango
Actualité Photos Annuaire de sites Associations
 
Accueil Malango Iles de l'Océan Indien

Contenu du chapitre :

Iles de l'Océan Indien
Les organismes auxiliaires des TAAF
Le scandale des Chagos
L'Ile de la Réunion
Diego Garcia
Madagascar
Les Comores
Présentation de Mayotte
Ile Maurice
Les iles Eparses
La grande richesse des algues des Kerguelen
Zones Economiques Exclusives
Présentation des Iles Eparses
Le Banc du Geyser
Les Iles de l'Ouest de l'Océan Indien

Les Iles éparses ou terres éparses Envoyer l'article par courrier électronique Imprimer l'article

 

Les Iles éparses ou terres éparses

Les Terre Eparses (ou îles Eparses)

Il existe dans le sud de l'Océan Indien une série de petites îles françaises connues sous l'appellation d'îles Eparses. Ce sont Tromelin, Glorieuses, Juan De Nova, Bassas Da India, Europa.

Chacune de ces îles, à l'exception de Bassas Da India, immergée à marée haute, abrite une station météorologique dont le chef est le représentant légal du Préfet de la Réunion délégué du gouvernement chargé de l'administration des îles Eparses. Ce représentant est assisté d'un gendarme.

Trois de ces îles, Glorieuses, Juan De Nova et Europa, possèdent en plus un détachement militaire qui relève du général commandant supérieur des FAZSOI. Ces îles, possessions françaises depuis 1896, sont placées sous l'autorité du Ministre chargé des départements et territoires d'outre-mer depuis le 1er août 1960. Elles sont classées, depuis 1975, en réserve naturelle.

  • Tromelin : 1 km², découverte en 1722. Station météorologique depuis 1954.
  • Juan de Nova : 4 km², découverte en 1501, sous souveraineté française depuis 1897. Autrefois exploitée pour le phosphate, l'île n'a plus qu'une station météorologique depuis 1953 (permanente depuis 1973) et un détachement militaire depuis 1974.
  • Bassas da India : atoll de 1 km² (12 km² en comptant le lagon peu profond), sous souveraineté française depuis 1897.
  • Europa : 28 km², sous souveraineté française depuis 1897. À part quelques colons isolés à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, l'île est restée déserte. Elle abrite une station météorologique depuis 1949 et un détachement militaire.
  • les Glorieuses : 5 km², constituées de l'île Glorieuse (ou Grande Glorieuse), l'île du Lys (ou Petite Glorieuse) et trois îlots, les Roches Vertes. L'archipel est sous souveraineté française depuis 1892. Jusqu'en 1958, elle fut régulièrement exploitée (cocoteraie, production de coprah). Station météorologique depuis 1955 (permanente depuis 1959), et détachement militaire depuis 1973.

 

L'isolement des Iles Eparses en font des réserves naturelles
où l'on trouve de nombreuses espèces...

Petites tâches terrestres sur la carte du canal du Mozambique, une kyrielle de petites îles font la gloire économique de la France dans la région. Les Iles éparses comptent Europa, les Iles Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India, le banc corallien du Geyser et Tromelin, au nord-ouest de la Réunion. 640.400 km² de zone économique exclusive au total, créée en 1978 par la France.

Petit territoire au statut à part, ces îles ne sont ni des départements, territoires ou collectivités territoriales. Sous la tutelle du ministre en charge de l'Outre-Mer depuis 1960, leur administration relève du préfet de La Réunion. Elles ne sont toutefois pas intégrées à l'Union Européenne.


Juan De Nova (Photo Nasa)

Découvertes pour la plupart par des navigateurs portugais ou français entre le XVIe et XVIIIe siècles, la France revendique ces îles depuis la fin du XIXe. A l'instar de Juan de Nova, où le pavillon français fut planté en 1897. Au début du siècle l'île est louée à un Français pour 20 ans. Puis, en 1952, une concession est accordée à la société SOFIM pour 15 ans. Après l'indépendance de Madagascar en 1960, la concession est renouvelée pour 25 ans. La SOFIM est dissoute en 1968. La France reprend la concession de l'île et décide l'implantation d'une station météorologique de base en 1973.

Une présence française singulière sur ces atolls d'origine volcanique, récifs coralliens et rochers déserts, disséminés dans l'Océan indien. Funeste théâtre de nombreux naufrages, leur importance est surtout stratégique et la présence humaine sur ces terres se résume à l'essentiel des besoins administratifs et scientifiques. Il y a bien eu quelques traces de vie sur Juan de Nova pour l'exploitation minière.

Mais depuis 1973, seuls des détachements militaires des Forces Armées dans la Zone Sud de l'Océan Indien (FAZSOI) foulent le sable des Iles de la Grande Glorieuse, Juan de Nova, et Europa. Les météorologistes ont également investi ces bouts de terre, excepté Bassas da India. A tel point que le préfet de la Réunion est secondé dans sa gestion par la direction régionale de Météo France à La Réunion, qui a des stations dans chaque île, installées entre les années 1950 et 1970. Un gendarme est en poste sur chacun de ces rochers, sauf Tromelin, et quelques scientifiques viennent promener leur intérêt dans ces eaux.

Photos satellite des Iles Eparses

A propos des Iles Eparses : l'unique site proposant un portrait complet de ces iles.

LA LETTRE DE MALANGO
Recevez chaque jour les titres de l'actualité de l'Océan Indien par courriel

Votre nom :
Votre adresse email :

Les autres sites Malango

Malango Mayotte  |  Malango Actualité  |  Malango Annonces  |  Malango Océan Indien  |  Malango Comores  |  Malango Madagascar  |  Malango Zanzibar  |  Douka, la boutique de Malango  |  Malango Maurice  |  Espace professionnel de Malango  |  Annuaire de la presse et des médias  | 
Nous contacter Sites partenaires Plan du site